Après Midi Barbu

Pianotent, pianotent, les petits cœurs de l’été, peau de soie et barbe, quand nos sexes s’enfilent à la découverte, quand la dérive prend la forme d’un rite qui nous colmate la gorge et nous bande les veines, où les premières palpitations s’injectent d’un grand vide poétique , où les visuels de tes hanches, de la raie de tes fesses, de tes longues jambes, de l’ indicible ouverture des tes lèvres  et de tout ce qui peut me faire décoller s’agenouillent et s’additionnent là devant mes petits yeux qui demandent que tu te courbes, te plies, que tu m’inspires, que tu déclenches l’overdose.

Mon âme perdue, paumée, nos vies d’hystériques, cet amour volcan qui déborde de nos deux cœurs qui saignent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s